Ethiopie : Abiy Ahmed lance l’assaut sur Mekele
L'offensive finale se précise en Ethiopie. Le délai de l'ultimatum de 72 heures lancé par le Premier ministre éthiopien écoulé, Abiy Ahmed a ordonné à l'armée de lancer l'offensive finale sur la ville de Mekele . Les quelques 500 000 habitants de la ville vont connaître les bombardements et les combats. Même si le Premier ministre éthiopien assure que " tout serait mis en oeuvre pour que la ville de Mekele (...) ne subisse pas de graves dégâts " et " pour protéger les civils ", des dommages collatéraux semblent difficiles à éviter, alors que les forces du Tigré ont promis de lutter jusqu'au bout. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, Abiy Ahmed a condamné les dirigeants du TPLF , les accusant d'être responsables des dégâts matériels et de la perte de vies humaines , qui n'a toujours pas pu être précisément estimée en raison des combats. " Si la clique criminelle du TPLF avait choisi de se rendre pacifiquement, la campagne (militaire) aurait pris fin avec le minimum de dégâts ", a-t-il souligné, rappelant avoir donné aux dirigeants du Tigré " de multiples opportunités de se rendre pacifiquement ces dernières semaines ". Cette offensive militaire est un assaut de taille sur la capitale de la région du Tigré , pour enfin mettre fin à l' opération lancée le 4 novembre contre les dirigeants du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) . Depuis trois semaines, les combats font rage dans le Nord de l'Ethiopie. Plusieurs centaines de civils sont morts et des dizaines de milliers ont été déplacés .