Un juif autrichien lègue son énorme fortune au Chambon-sur-Lignon, le "village des Justes"
Un discret village reculé de France, en Haute-Loire, attire aujourd'hui tous les regards. Le Chambon-sur-Lignon a reçu un don inattendu de deux millions d'euros, une fortune pour ce petit village de 2 500 habitants. C'est un juif autrichien qui a légué son héritage à la commune qui l'a caché lorsqu'il était enfant pendant la  seconde guerre mondiale. Erich Schwam est décédé fin décembre à 90 ans à Lyon sans descendance. "C'est un geste qui nous a beaucoup touché, explique Denise Vallat, adjointe à la culture, à la mairie du Chambon-sur-Lignon. Ce qu'il faut savoir aussi c'est que c'est le travail de toute sa vie. Ce n'est pas une fortune qui est venue n'importe comment. Et pour nous ça c'est très important". L'adjointe au maire et ex-professeur d'histoire tente de reconstruire la vie de Eric Schwam, qui après la guerre s'est installé à Lyon pour étudier la pharmacie, et s'y marier. Au Chambon-sur-Lignon, un seul témoin se souvient de lui, selon  Denise Vallat. "Il est d'abord allé à l'école du village. Nous avons le témoignage d'un vieux monsieur qui l'a cotoyé à cette époque. Ce témoin était le fils d'un couple d'instituteurs. Et le jeune Eric d'après lui arrivait très souvent en avance. Il était seul dans la cour de l'école. Et les parents de ce garçon lui disaient "descend donc jouer avec lui il a l'air très triste" ."  Réfugié d ans un home d'enfants à la sortie du village Eric Shwam a pu fuir les nazis et échapper à la déportation grâce à la solidarité des habitants du Chambon-sur-Lignon et des environs.  E ntre 1940 et 1944, 1500 à 4000 personnes, juives et non juives, dont 30% d'enfants, ont trouvé refuge sur cette zone boisée et reculée de 500 km2 appelée Le Plateau. Une région où la tradition de l'accueil était forte, avec déjà entre les deux guerres  l'installation de nombreuses maisons de vacances pour les enfants des villes, mais pas seulement :  "Il y a plusieurs éléments , ajoute en effet Floriane Barbier, responsable du "Lieu de mémoire" du Chambon-sur-Lignon. Les deux principaux c'est d'abord une géographie protectrice, la campagne, la montagne, l'isolement des grandes villes et puis également la présence du protestantisme qui est une religion qui a une histoire de persécution en France et qui a donc compris ce que vivaient les juifs à la fin des années 30 et dans les années 40". Toute la zone du Plateau a reçu un rarissime diplôme de la part d'Israël décerné par le mémorial Yad Vashem, en 1990,  honneur qu'elle partage avec un autre village des Pays-Bas. Quand aux deux millions d'Eric Schwam, qui représentent des 2/3 du budget annuel de la commune, ils seront utilisés pour la jeunesse, comme l'a souhaité l'enfant juif autrichien du Chambon-sur-Lignon.