La contestation réprimée au Soudan
Au Soudan, les armes ont à nouveau parlé pour museler la contestation qui a soulevé Khartoum, et d'autres villes du pays, tout au long de ce week-end. Plus de 10 000 manifestants se sont réunis devant le quartier général de l'armée, pour tenter de rallier les troupes à leur cause : demander le départ du président Omar el -Béchir, au pouvoir depuis trois décennies, et l'instauration d'une période de transition. Le bilan s'élève à au moins sept morts : six dans la capitale soudanaise et un dans l'Etat du Darfour. Mais au cours de ces derniers mois, la répression aurait fait une soixantaine de victimes , selon l’organisation Physician for Human Rights (PHR). D'après le ministère de l'Intérieur, près de 2 500 personnes ont été arrêtées en marge des rassemblements, qui se poursuivaient ce lundi.