Le Maroc accroît sa lutte contre l'immigration clandestine
Le Maroc tente de réduire le nombre de migrants illégaux qui utilisent son territoire comme tremplin pour rallier l’Europe, en passant principalement par le détroit de Gibraltar. Le développement des technologies de surveillances et le renforcement des effectifs ont permis à Rabat d’accroître la surveillance de sa frontière avec l’Europe. Les autorités du Royaume ne font pas l‘économie de leur satisfaction. “Cette année, nous avons donc avorté quelque 25 000 tentatives de passage illégal en Europe, soit environ 30 % de plus que l’an dernier, et nous avons démantelé 50 réseaux, des réseaux criminels actifs dans l’immigration clandestine, soit environ 73 % de plus que l’an dernier à la même période”, se félicite Khalid Zerouali, le directeur des migrations et de la surveillance des frontières au ministère de l’Intérieur marocain. Des résultats obtenus en partie grâce à l’apport de l’Union européenne. Le royaume chérifien devrait recevoir 140 millions d’euros comme contribution de l’UE dans cette lutte contre l’immigration clandestine. Des organisations de défense des droits de l’homme dénoncent cependant la répression menée par le Maroc contre les migrants, notamment les rafles massives et les expulsions présumées sans respect des procédures en la matière.