En Tunisie, la poterie se transmet de mère en fille
Dans le nord de la Tunisie, Sabiha Ayari de Sejnane fait partie des femmes qui maintiennent vivante une ancienne tradition de création de poteries avec des matériaux entièrement naturels, le seau et la pelle à la main. Comme du temps de la préhistoire, elle façonnera l’argile grise pour en faire des pots, plats et poupées grâce à des techniques transmises de mère en fille et des matériaux récoltés dans les vallons environnants. “J’ai appris (à faire de la poterie) quand j’avais 12 ans raconte Sabiha Ayari. J’ai commencé comme bergère. C’est alors que je me suis passionné pour ce métier (la poterie). Cela m’a élevé (socialement). J’ai pu nourrir ma famille et je ne demande jamais d’aide à personne.” Les potières de Sejnane en Tunisie, dont le savoir-faire a rejoint fin 2018 la liste Unesco du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, sont connues pour leurs œuvres de terre claire aux couleurs irrégulières parfois ornées de motifs rouges et noirs. “C’est une grande fierté d’une part parce qu’être inscrit au patrimoine de l’Unesco, c’est une consécration pour n’importe quel pays. Et en plus pour un art ancestral qui a failli disparaitre. C’est un renouveau. C’est une reconnaissance et un renouveau”, se réjouit Merien, une résidente de Tunis. “Ça pour nous, en tant que Tunisiens, c’est hyper important parce qu’on commence enfin à réaliser à quel point, nous produisons des choses de valeurs qui ont maintenant un peu de reconnaissance”, peut s’en vanter Dounia, une autre habitante de Tunis. Pour décorer les pots, les femmes cueillent et pilent des feuilles de lentisque, jusqu‘à obtenir un liquide appliqué au bâton après une première cuisson. Les dessins verdâtres deviendront noirs au contact de la chaleur. “Ces objets là possèdent cette seconde fonction qui est la beauté, la beauté du décor explique Naceur Baklouti, chercheur en patrimoine. Et c’est ce qui a fait, je dirai, même après les mutations socioculturelles qu’a connu la Tunisie depuis plus d’un demi siècle, c’est ce qui a fait la pérennité de cette poterie.” Les potiers vendent leurs produits dans des cabanes au bord de la route. Les meilleurs d’entre eux sont invités à exposer à Tunis et en Europe.